Une question de normalisation internationale : la dépréciation des instruments de capitaux propres

Maître de conférences, CNAM - LIRSA

La dépréciation des instruments de capitaux propres classés en “disponibles à la vente“ repose sur la mise en œuvre de seuils de montant ou de durée qui dépendent du jugement de l’entité. Cet article examine la diversité des pratiques au niveau des banques françaises entre 2005 et 2013 puis les compare à celles des principales banques européennes. Il met en évidence une relative homogénéité au niveau national qui ne se retrouve pas encore entre pays européens.




Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !

Approfondissez la question sur