Notre écot à l’écologie : les éco-contributions

Expert-comptable, expert de justice

La création en France, en 1971, d’un ministère de l’environnement marque une prise de conscience politique en matière d’écologie. Cependant, hormis dans le domaine de l’eau où la France a été précurseur avec la création des agences de l’eau, notre pays a pris du retard en matière de fiscalité écologique. Le piétinement de la taxe carbone depuis 2010 et l’avortement de l’écotaxe poids lourds en 2014, illustrent les difficultés rencontrées par nos gouvernants. En 2013, concernant les taxes environnementales, Eurostat 1 classait la France à la 21e place en termes de poids de la fiscalité écologique dans le PIB. Depuis 2009, les fabricants, importateurs ou distributeurs de certains produits, par exemple les équipements électriques, s’acquittent d’éco-contributions destinées à financer la collecte sélective, le recyclage et le traitement des déchets spécifiques.




Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !

Approfondissez la question sur