L’OMC, une organisation hybride et résiliente 1

Yves Schemeil
Professeur de science politique à l'IEP Grenoble, membre honoraire de l'Institut universitaire de France
Sophie Jacolin

Les organisations internationales sont des énigmes pour qui s’intéresse à la gestion des organisations. Ni entreprises à la gouvernance structurée, ni administrations soumises à une autorité publique clairement établie, elles doivent faire face à de nombreuses contradictions : traiter des enjeux majeurs avec des ressources réduites, être performantes à court terme et assurer leur légitimité dans le long terme, affirmer leur autonomie tout en participant à une dynamique de réseau… Face à ces paradoxes, l’OMC a développé des stratagèmes originaux qui mêlent habilement l’officiel et l’officieux, le formel et l’informel, la résistance au changement et la réinvention permanente de ses missions. Elle parvient ainsi à intégrer les évolutions de son environnement tout en se protégeant de la pression de ses mandants.




Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !

Approfondissez la question sur