Les SCIC, de l’art d’associer les parties prenantes à un projet collectif

Adelphe de Taxis du Poët
Responsable de l'innovation à la Confédération générale des sociétés coopératives et participatives
Julien Besnard
Directeur général d'Auto2 SCIC SA
Alexandre Grenier
Gérant de la SCIC Med Clichy
Sophie Jacolin

Résumé:Le statut de Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), créé en 2001, dessine de nouvelles modalités d’association entre des parties prenantes diverses, privées et publiques, au service d’un projet contribuant à l’intérêt général sur un territoire. La dimension du sens et de l’utilité sociale de l’activité y est centrale. La SCIC constitue en cela un outil de formalisation économique d’innovations sociales, devant de surcroît répondre à une gouvernance démocratique dans laquelle un homme vaut une voix et où aucune partie ne peut prendre le pas sur les autres. Cette logique demande une certaine acculturation, de la part des acteurs publics notamment, mais se montre propice à embrasser la complexité des enjeux socioéconomiques qui se présentent à l’échelle de territoires, notamment en matière de santé, comme le montre l’exemple de Med Clichy, ou de mobilité, comme l’illustre le cas d’Auto2.



Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !


Enregistrer

Approfondissez la question sur