L’efficacité informationnelle des marchés (3) : les bulles spéculatives

Christian Walter
Titulaire de la Chaire Ethique et finance, Collège d'études mondiales, Fondation Maison des sciences de l'homme

Nous poursuivons notre série sur la notion d’efficacité d’un marché dans le sens informationnel en abordant la question épineuse des bulles spéculatives. Comme on l’a vu dans les précédentes chroniques 1, si un marché est efficace dans le sens informationnel, alors les prix calculés par les modèles d’évaluation des actifs financiers se reflètent dans les prix cotés par le marché. C’est ce que nous avons appelé “l’effet réflexif des modèles“. Pourtant, chacun connaît ou a en mémoire des situations dans lesquelles le prix de marché semble être complètement déconnecté des valeurs calculées au moyen de formules simples comme l’actualisation. On en déduit alors que le marché n’est pas efficace dans le sens informationnel, ou, de manière moins affirmative, qu’il y a un problème dans la transmission de l’information dans les prix. On compare alors le prix coté et le prix calculé (on fait un calcul de ce que devrait être le prix en regard des prévisions des flux internes de l’entreprise) et cet écart est appelé une bulle.




Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !

Approfondissez la question sur