Belvédère : un debt to equity swaps profitable

IAE de Franche-Comté

Belvédère se présente comme le numéro trois français des spiritueux avec un chiffre d’affaires de 860 millions d’euros (M€), réalisé à 60 % en Pologne 1. L’acquisition pour 307 M€ du groupe Marie Brizard & Roger International (MBαRI) en 2006, financée par emprunt (OBSAR pour 160 M€ et “floating rate notes“ ou FRN 2, pour 375 M€) propulse l’endettement net de 72 M€ à 428 M€. Elle marque le début des difficultés financières et juridiques de Belvédère, liées au non respect de certains covenants (ratios de rentabilité et de solvabilité) : procédure de sauvegarde en juillet 2008, plan de sauvegarde en novembre 2009, puis redressement judiciaire en mars 2012. En effet, fin 2011, Belvédère supportait une dette financière nette de 541 M€ pour des fonds propres négatifs de 198 M€ 3, et les frais financiers dépassaient systématiquement la capacité à générer du cash (exprimée par l’EBITDA).




Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !

Approfondissez la question sur