Travail à temps partiel : une réglementation trop rigide qui devrait évoluer !

Directeur des affaires sociales du CSOEC
Vice-président du CSOEC, en charge du secteur des missions

Au fil des ans, la proportion de salariés à temps partiel en France n’a cessé de progresser, passant de 6.6 % en 1975 à 19 % en 2018 1. Toutefois, il existe une constante : depuis de nombreuses années, les femmes sont 4 fois plus nombreuses que les hommes à travailler à temps partiel. Et, pour la majorité des personnes, le travail à temps partiel est « choisi », tandis que pour 30 % d’entre elles il est « subi ». Compte tenu de la variété des profils des salariés à temps partiel, il serait opportun d’assouplir la réglementation sur deux points au moins tout en offrant un cadre protecteur aux salariés.



Le contenu auquel vous souhaitez accéder est réservé aux abonnés !

Approfondissez la question sur